Identifier le trouble développemental du langage dans la population francophone en contexte minoritaire

Au Canada hors Québec, le trouble développemental du langage (TDL) et son équivalent anglais developmental language disorder, n’est pas toujours diagnostiqué. En fait, lorsqu’il s’agit de difficultés langagières, aucune étiquette n’était utilisée jusqu’à très récemment. Cette situation diffère de celle du Québec, province majoritairement francophone, où le ministère de l’Éducation a lancé en 1988 un programme qui obligeait les commissions scolaires et les établissements de santé à mandater des orthophonistes afin de procéder à l’identification administrative des élèves présentant des troubles du langage de degré sévère sur la base de leur conclusion orthophonique. L’identification du TDL dans les minorités francophones du Canada présente un défi important. D’un côté, l’acte de poser un diagnostic ou d’émettre la conclusion orthophonique d’un trouble du langage est une pratique assez récente par rapport à la pratique connue au Québec, et d’autre part, arriver à une identification du TDL est d’autant plus complexe en raison de la coexistence de deux langues (ou plus) puisque la présence d’un trouble dans les deux langues doit être confirmée pour arriver à cette conclusion. Dans cet atelier, les enjeux sociopsycholinguistiques et démographiques liés au contexte linguistique minoritaire chez les enfants d’âge scolaire seront abordés. Ensuite, nous examinerons les défis liés à l’évaluation du langage dans un contexte minoritaire, ainsi que les meilleures pratiques pour identifier le TDL chez cette clientèle. Les participants auront l’occasion d’examiner diverses études de cas.

Facebook
(X)Twitter
LinkedIn